Craquer le code combinatoire des odeurs

La théorie du “code combinatoire des odeurs” propose que chaque molécule odorante soit reconnue par un sous ensemble spécifique de nos 400 récepteurs olfactifs. Cette activation différentielle permettrait à notre cerveau de distinguer plus d’un trillion d’odeurs. Une équipe de l’Institut de Chimie de Nice, membre du GDRO3, a méticuleusement compilé les données expérimentales d’interaction odorant-récepteur olfactif publiées ces 25 dernières années et a mis au point M2OR [1], la plus grande base de données dédiée à ce jour (https://m2or.chemsensim.fr/). En s’appuyant sur ces données ils ont également mis au point un modèle basé sur des réseaux de neurones en graphes pour prédire le code combinatoire de l’ensemble des 400 récepteurs olfactifs pour 6000 molécules odorantes. En reliant ces modèles d’activité à la perception olfactive, l’équipe a confirmé que les odorants étaient reconnus par un sous ensemble unique de récepteurs et que ces sous-ensembles sont spécifiques à une caractéristique olfactive précise (une odeur). [2]

Un grand merci à à Nez, le mouvement culturel olfactif pour la mise en lumière de ces travaux : https://mag.bynez.com/nez-x-gdr-o3/nez-x-gdr-o3-craquer-le-code-combinatoire-des-odeurs/

[1] M2OR: A Database of Olfactory Receptor-Odorant Pairs for Understanding the Molecular Mechanisms of Olfaction. M. Lalis, M. Hladiš, S. Abi Khalil, S. Fiorucci, L. Briand, J. Topin. Nucleic. Acids. Res. 2023, gkad886DOI

[2] Matching receptor to odorant with protein language and graph neural networks. M. Hladiš, M. Lalis, S. Fiorucci, J. Topin. International Conference on Learning Representation (ICLR), 2023, DOI

Visuel : © Adèle Chévara

Partager avec